antonio mercero

Notre ami, Álex de la Iglesia, admirateur inconditionnel d’Antonio Mercero, avait eu le privilège de lui remettre en 2012 un Goya d’honneur pour l’ensemble de son œuvre. Il faut dire que nombre de films-cultes ont jalonné la carrière de ce grand réalisateur disparu en mai 2018. A commencer par Espérame en el cielo (1987), une comédie de la transition que CineHorizontes vous a présentée en 2017. Après ce succès, happé par la télévision avec la série Farmacia de guardia (1991), il est resté pendant trois ans éloigné des plateaux de cinéma avant de les fouler à nouveau avec La hora de los valientes (1998) dont il a écrit le scénario avec Horacio Varcárcel.

C’est La Hora de los valientes, film émouvant, qui oscille entre humour et drame que, d’un avis unanime, l’équipe de CineHorizontes a choisi pour rendre un hommage à ce grand Monsieur du cinéma espagnol disparu cette année.