Nos invités en 2016 :

CineHorizontes fête cette année sa 15ème édition du 12 au 24 novembre 2016.

Des nombreuses personnalités du cinéma, de la culture, des arts et des lettres nous accompagneront tout le long du festival au cinéma Le Prado, à l’Hôtel de Région, la Villa Meditérranée, la BMVR Alcazar et dans les salles partenaires de la Région PACA.

ROSSY DE PALMA, la plus célèbre des chicas révélées par Almodóvar, viendra évoquer le tournage de « Julieta », le dernier film du grand Pedro, ISABEL COIXET, réalisatrice, conceptrice de l’affiche du Festival 2016 et marraine de CINEHORIZONTES, ainsi que JEAN-CLAUDE CARRIÈRE, scénariste attitré de Luis Buñuel, seront les invités d’exception de la 15ème édition.

CONFIRMATION DE DERNIER MINUTE : Cinehorizontes recevra aussi l’acteur Sergi López !

carlos-saura_honneur_real
Carlos Saura :

Carlos Saura, l’Espagne au cœur.

CineHorizontes propose quatre titres judicieusement choisis dans la filmographie de Carlos Saura.
Cette sélection résume en effet les aspects essentiels de son cinéma.
On y retrouve ses souvenirs de la Guerre Civile, les avatars qu’il a eu à subir du fait de la censure franquiste (La cousine Angélique), son intérêt pour les sujets de société (Vivre vite !) son humour et son goût pour les paraboles (Maman a cent ans), et ses brillants films musicaux (Jota).
Le génie de Saura est inclassable. Depuis Los golfos, son premier long métrage, en 1959, le cinéaste n’a cessé d’expérimenter des formes et des genres dans un incessant processus créatif, en prenant souvent des risques, et sans jamais renoncer.
Grâce à une magistrale conception de l’image, Saura nous a donné en quarante longs métrages nombre de bons films et plusieurs  chefs d’œuvre.
Il nous a parlé de l’Espagne, mais aussi de la condition humaine, du vécu et de l’imaginé, des frustrations et des rêves.
Cette sélection nous en apporte la preuve. Ainsi que celle de son énorme talent.

Diego GALÁN,
réalisateur

—————————–

♥ Découvrez les films de la programmation Carlos Sara, l’Espagne au cœur le 16 et 17 novembre 2016 à La Ciotat et à Marseille. En partenariat avec Cinépage, Sciences Po Aix, Cinéma l’Edén et avec la collaboration de la BMVR Alacazar.

 

rossy-de-palma_honneur_act_laflor_julieta
Rossy de Palma :

Pendant les années 80, Rossy de Palma, qui avait rallié Madrid, appartenait à un groupe de rock qui attirait tout un public d’avant-garde et travaillait dans un bar fréquenté par ces mêmes personnes au nombre desquelles Pedro Almodóvar.
Tandis qu’il préparait La Loi du Désir, il fut subjugué par la toilette qu’elle portait. S’il s’inspira de cette tenue pour celle de Carmen  Maura, il offrit à Rossy le premier d’une longue liste de seconds rôles marquants. Bien sûr d’autres grands réalisateurs ont fait appel à elle. Mais c’est un goût commun pour le comique et l’autodérision qui explique l’indéfectible complicité qui lie encore le réalisateur espagnol à son actrice fétiche.
Elle s’est également essayée avec succès au théâtre, a fait de la musique et même des créations dans le domaine artistique.
Ce sont cette impressionnante carrière originale et ses nouveaux projets que cette grande dame du cinéma évoquera pour le plus grand bonheur du public marseillais.

Cinehorizontes rend hommage à Rossy de Palma, dimanche 20 novembre, avec trois films d’Almodóvar :

La flor de mi secreto, à 16h, au Cinéma Le Prado de Marseille, où elle recevra la médaille de la Ville de Marseille ;

Julieta à 18h30, au Cinéma Le Prado de Marseille ;

et Femmes au bord de la crises de nerfs, au Ciné-Calanques de Cassis à 21h, en sa présence.

 

coixet-la-marraine_1
Isabel Coixet :

Isabel Coixet est venue pour la première fois au Festival en 2015, à l’occasion de l’hommage qui lui était rendu.
Ce fut un coup de foudre réciproque !
Depuis, l’histoire d’amour est allée bon train. CineHorizontes a absolument voulu qu’elle revienne, cette fois comme marraine. Et la réalisatrice ne s’est pas contentée d’accepter. En bonne madrina, elle arrive avec plein de cadeaux ! D’abord l’affiche de la présente édition, qu’elle a dessinée et conçue par pure sympathie.
Et surtout, ses deux derniers films : le long métrage de fiction Endlesss night, et le documentaire Spain in a day, le 16 nov à 18h30 et à 21h au cinéma Le Prado. Le Festival en aura ainsi la première en France !

————————————————–

♥ Découvrez la programmation de la soirée La marraine Isabel Coixet !

 

asier_altuna_real_amama_pan
Asier Altuna :

Asier Altuna est réalisateur et scénariste. Il a debuté son travail dans le domaine des courts métrages, certains d’entre eux récompensés dans de nombreuses compétitions : Topeka (2004), Sarean (2006)… Son premier long métrage, Aupa Etxebeste!(2005) a emporté le Prix de la Jeunesse au Festival de San Sebastián. Il est connu pour son travail sur Aupa Etxebeste!(2005), Bertsolari (2011) et Amama(2015).

 

gilbert-arroyo_real_filo_doc
Gilbert Arroyo :

Scénariste et homme de télévision, Gilbert Arroyo est né à Orléans en 1970. Il ignorait tout de l’univers carcéral avant de réaliser le documentaire Filosofía entre rejas (co-réalisé avec Marc Parramon en 2015), très remarqué dans les festivals.

 

jeanne-baumberger_conf_bunuel
Jeanne Baumberger :

Longtemps journaliste au service culture du quotidien Le Provençal (aujourd’hui La Provence) puis titulaire de la rubrique cinéma à Marseille l’Hebdo, Jeanne Baumberger a parallèlement enseigné l’histoire des grands genres cinématographiques à l’Université de Provence, et programmé le volet cinéma des Rencontres d’Averroès et d’Averroès junior. Collaboratrice du festival CineHorizontes depuis 2010, elle copréside actuellement l’association Cinépage, et à ce titre, organise à Marseille les Rencontres du Cinéma européen.

bernard_bessiere_conf_sauraaix_blapelicula
Bernard Bessière :

Professeur émérite de l’Université d’Aix-Marseille, responsable d’axe au Centre Aixois d’Études Romanes [CAER], ancien membre de la Casa Velázquez de Madrid.
Spécialiste de l’histoire politique et culturelle de l’Espagne contemporaine, et de l’iconographie du monde hispanique.
Auteur d’une douzaine d’ouvrages dont le plus récent, écrit en collaboration avec Bartolomé Bennassar, est Espagne : histoire, culture, société, Paris, La Découverte, 2012 [2e édition].

pedro-casablanc_act_blapelicula_lhommeaux100_fabulosa
Pedro Casablanc :

D’abord acteur de théâtre, il s’est illustré dans les plus grands textes du répertoire, de Maître Puntila et son valet Matti en passant par le Roi Lear, la Maison de poupée ou Antigone. Mais il affiche également une solide carrière au cinéma, notamment sous la direction d’Imanol Uribe. Dans B, la película, il incarne un Luis Bárcenas proprement saisissant !
On le retrouve aussi à l’affiche de El hombre de las mil caras (L’Homme aux mille visages), le nouveau film d’Alberto Rodríguez, que présente CineHorizontes 2016 en avant-première en France.

———————————-

♥ Comédien chevronné, Pere Casablanc est deux fois à l’affiche de CineHorizontes 2016 !
Le 23 nov. à 18h15 et à 21h au cinéma Le Prado, on pourra le voir dans le rôle principal d’un film en compétition, B, la película et le retrouver aussi au casting de El hombre de las mil caras, où dans un rôle plus court, il sait néanmoins imposer sa présence.

inma-cuesta_act_lanoviagp_julietaeve
Inma Cuesta :

Une des comédiennes les plus en vue en Espagne actuellement. Après avoir enchaîné comédie (Primos), film d’aventures (Le Royaume de sang), film de guerre multi-nominé aux Goyas (La voz dormida), thriller populaire là encore multi-nominé aux Goyas (Groupe d’élite), elle triomphe en 2012 avec le superbe Blancanieves, film en noir et blanc de Pablo Berger où elle tient l’un des rôles féminins de cette œuvre dix fois récompensée aux Goyas, mais aussi à San Sebastián, aux Arcs et même nommé aux Césars. Après sa nomination pour La voz dormida en 2012 comme meilleure actrice, elle continue à cumuler les prix : en 2014 avec son rôle comique dans Tres bodas de más et en 2015, avec un personnage plus dramatique dans La novia.

—————————————-

♥ Inma Cuesta sera présente au cinéma le Prado samedi 19 nov à 19h, lors de la projection La novia,

et dimanche 20 nov à 18h30 dans le cadre de la soirée Tout sur Julieta

leticia-dolera_real_requisitos_op
Leticia Dolera :

Née en 1981 à Barcelone, Leticia Dolera se forme au chant et à la comédie avant de décrocher ses premiers rôles à la télé et au cinéma.
On la voit notamment dans des films comme El otro lado de la cama ou Semen. Mais c’est le personnage de Clara qu’elle interprète dans REC 3 : Genesis qui lui vaut la notoriété. En 2015, elle aborde la mise en scène avec Requisitos para ser una persona normal et décroche trois prix au Festival de Malaga avant de séduire le public cinéphile.

arnaud_duprat_conf_bunuel
Arnaud Duprat de Montero :

Arnaud Duprat est Maître de Conférences à l’Université Rennes 2 et membre de l’équipe de recherche “Arts : Pratiques et Poétiques”. Spécialiste de Luis Buñuel et d’études actorales, il a participé au Blu-ray de Cet obscur objet du désir (Studiocanal, 2012) et est l’auteur de deux livres : Le dernier Buñuel (PUR, coll. “Le Spectaculaire”, 2011) et Isabelle Adjani, un mythe de l’incarnation (Le bord de l’eau, coll. “Ciné-mythologies”, 2013). Il a codirigé l’ouvrage Corps et territoire, arts et littérature à travers l’Europe et l’Amérique (PUR, coll. “Des sociétés”, 2014). Ses recherches récentes portent sur la collaboration Carlos Saura-Geraldine Chaplin et sur Vivien Leigh.

emmanuel-larraz_conf_saura
Emmanul Larraz :

Professeur émérite de l’Université de Bourgogne, Emmanuel Larraz est certainement l’un des meilleurs connaisseurs du cinéma espagnol !
Il a d’ailleurs rédigé la première histoire du cinéma espagnol en langue française. En 2002, il a aussi co-réalisé avec Gilles Dinnematin un passionnant documentaire sur la guerre d’Espagne dans les actualités filmées Pathé. Parmi les cinéastes auxquels il s’est particulièrement intéressé, on peut citer Pere Portabella, Pilar Miró et, bien sûr, Carlos Saura

christophe-farnarier_real_elperdido_op
Christophe Farnarier :

Né en 1963 à Marseille, Christophe Farnarier est un réalisateur francocatalan qui s’était consacré jusqu’ici uniquement au documentaire.
De lui, on citera notamment El somni (2008), Le premier Rasta (2010) et La primavera (2012). Il vit depuis plusieurs années en Catalogne.
Pour cet insolite premier film de fiction, il a bénéficié de la complicité de son voisin et ami, Adri Miserachs, qui a accepté d’être le seul et omniprésent protagoniste du film !
Présenté dans la section Zonazine du Festival de Malaga, El perdido a obtenu trois prix majeurs : meilleur film, meilleur réalisateur et meilleur acteur.

sergi-lopez_act_undia_properapell_gp
Sergi López :

Sergi López est né le 22 décembre 1965 à Vilanova en Espagne. Après avoir étudié la comédie et les arts du cirque en catalogne, il arrive à Paris où il s’inscrit à l’Ecole Internationale de Théâtre. Il est remarqué par Manuel Poirier qui lui donne un rôle dans La petite amie d’Antonio en 1992 et en fera ensuite son acteur fétiche.

Il devient célèbre dans Western (1996) et enchaîne les tournages entre la France, l’Espagne et l’Angleterre (Stephen Frears).

En 2001, Sergi López est le premier acteur étranger à obtenir le César du meilleur acteur pour Harry, un ami qui vous veut du bien.

Il s’illustre dans des rôles très variés, du capitaine impitoyable du Labyrinthe de pan (2006) à l’instituteur patient des Mots bleus (2004) en passant par l’horrible trafiquant de Dirty pretty things (2003).

En 2015 López travail avec Marc Recha dans Un dia perfecte per volar, un film d’une vibrante sensibilité poétique sur l’enfance.

Et en 2016, dans La propera pell, d’Isaki Lacuesta et Isa Campo,  il joue le rôle de l’oncle méfiant qui essaye de protéger l’équilibre dans la famille.

——————————————–

♥ Cinehorizontes propose dans sa programmation ses deux dernières films (Un dia perfecte per volar et La propera pell) le 18 et 21 novembre au cinéma Le Prado. Notre invité, Sergi López, sera présent pour une rencontre avec le publique lors de la séance du 21 novembre à 21h15.

 

diego-galan_real_mandahuevos_doc
Diego Galán :

Personnalité incontournable du cinéma espagnol, Diego Galán a dirigé le Festival de San Sebastián de 1985 à 1989 puis de 1995 à 2000, expérience dont il en a tiré un savoureux livre de souvenirs. Il a depuis repris son activité de critique. On lui doit aussi un grand nombre d’ouvrages et de documentaires sur l’histoire du cinéma espagnol.
Con la pata quebrada a été présenté au Festival de Cannes 2013 (et à CineHorizontes ensuite) Manda huevos au Festival de San Sebastián.

maitegarciaribot_real_cartas_doc
Maite García Ribot :

Maite García Ribot a d’abord fait de la maîtrise d’œuvre en rénovation avant de se réorienter dans le secteur culturel.
Elle développe et coordonne des projets culturels et des festivals à Barcelone, à Grenade et au Maroc, mais elle produit aussi de longs-métrages documentaires et de fiction.
Cartas a María est son premier long-métrage documentaire en tant que réalisatrice. Le film a été produit dans le cadre du Master en Documentaire de Création de l’Université de Barcelone.

javier-gutierrez_Act_Elolivo_Pan
Javier Gutiérrez :

Javier Gutiérrez est devenu au fil de la décennie un acteur incontournable du cinéma espagnol. Il a fait ses débuts à l’écran en 2002 avec El otro lado de la cama. On l’a vu ensuite dans Le crime parfait, Un franco 14 pesetas, et surtout La isla mínima, film qui lui a valu le Goya du meilleur acteur… et le statut de star !

daniel-lacasa_real_granje_doc
Daniel Lacasa :

Il est réalisateur de documentaires et monteur, scénariste et assistant de direction, directeur de la photographie et monteur son pour les projets de Silvia Munt, Mercedes Álvarez, Neus Ballús, Ricardo Íscar ou bien Xavi Artígas. Entre autres La Granja del Pas, La Plaga, Mercado de futuros… sont des films auxquels il a participé.

silviamunt_real_granje_doc_act_requisitos
Silvia Munt :

Après une carrière d’actrice bien remplie – elle a notamment obtenu un Goya pour son rôle dans Alas de mariposa, de Juanma Bajo Ulloa – la Catalane Silvia Munt se consacre depuis 1998 à la réalisation. On lui doit des fictions comme Pretextos (2008) et plusieurs documentaires.
C’est d’ailleurs un court-métrage documentaire, Lalia, qui lui a valu un second Goya. Elle fait aussi de la mise en scène de théâtre.

marc_recha_real_undia_op
Marc Recha :

Discrètement teinté d’autobiographie, à la fois solaire et mélancolique, le cinéma du Catalan Marc Recha est assurément celui d’un poète. On l’avait mesuré dès L’arbre aux cerises (1998), Pau et son frère (2001) ou Jours d’août (2006). C’est ici que je vis (2009) et maintenant Un dia perfecte per volar (2015) sont venus le confirmer avec éclat.

severiano-rojo_conf_noestamossolos_facaix
Severiano Rojo Hernández :

Severiano Rojo Hernández est Professeur des Universités à Aix-Marseille Université. Spécialiste de l’Espagne contemporaine, il a publié de nombreux articles et plusieurs ouvrages sur la question basque, la Guerre civile et le franquisme. Il dirige la revue Amnis (http://amnis.revues.org/) consacrée à l’étude des sociétés européennes et américaines contemporaines.

jose-luis-tirado_real_nouncuento_pan
José Luis Tirado :

Né à Séville en 1954, l’Andalou et autodidacte José Luis Tirado est un documentariste à la fibre sociale affirmée.
Dans ses films précédents, il s’est ainsi intéressé aux questions migratoires, au travail précaire ou aux nombreux trous de mémoire de l’histoire espagnole. On retrouve cet intérêt pour les laissés pour compte dans No, un cuento flamenco, filmé sur le vif dans les rues de Séville, mais magnifié par le flamenco.

carles-torras_real_callback_gp
Carles Torras :

Producteur, scénariste et réalisateur catalan de 42 ans, Carles Torras est diplômé de cinéma par le CECC de Barcelone. Il conquiert le public à partir de 2004 avec son premier film, Jóvenes, et remportera plusieurs fois le prix du meilleur réalisateur. Il revient cinq ans plus tard avec Trash qui est nominé dans de nombreuses catégories aux prix Gaudí mais aussi au festival de Malaga. Il poursuit sa lancée avec Open 24h en 2011. En 2016, il nous présente Callback, un thriller qui a déjà fait parler de lui au festival de Malaga en remportant la Biznaga.

david_yanez_res_ecrit
David Yáñez :

David Yáñez, né à Cáceres en 1982, est écrivain, réalisateur et enseignant.
En 2015, il tourne son premier long-métrage, Muchos pedazos de algo (plein de bouts de riens) qu’il a projeté au Festival de Cinéma de Malaga et qu’il présentera aussi le 27 octobre 2016 à 19 h dans la salle de projection de la Cité Radieuse à Marseille. Il travaille actuellement à la postproduction de son second film, Side-Bi, qui sortira fin 2016.

Yañez, lauréat de la résidence d’écriture scénaristique de la Cité Radieuse – CineHorizontes 2016, sera  à Marseille du 26 octobre au 26 novembre.

andrea-ferreol_jgp
Andrea Ferréol :

Arrière-arrière-petite-fille de Frédéric Mistral, Andréa Ferréol est née à Aix-en-Provence, ville à laquelle elle est toujours restée fidèle. Elle entreprend d’abord des études aux Beaux-Arts, mais après avoir assisté à un tournage de Chabrol sur le cours Mirabeau, elle décide de bifurquer vers l’art dramatique et se forme à Paris chez Jean-Laurent Cochet et à Aix au Centre Dramatique du Sud-Est.
Après ces années d’apprentissage, elle entame une double carrière au théâtre et au cinéma. C’est, bien sûr, La Grande Bouffe, film aujourd’hui culte, qui la révèle au grand public autant qu’à la profession. Toute sa carrière est ensuite émaillée de rencontres fortes. Citons Fassbinder (Despair), Ettore Scola (La nuit de Varennes), Francesco Rosi (Trois frères), Peter Greenaway (Zoo) ou encore  François Truffaut (Le Dernier Métro). Mais à son propos, c’est tout le gotha des cinéastes européens qu’il faudrait citer !
Sur scène, sa carrière n’en est pas moins brillante puisqu’elle a joué les plus grands auteurs : Shakespeare, Pinter, Arrabal, Handke, Brecht.
Et pour cette grande dame au tempérament de feu, c’est loin d’être fini !|

conxita-casanovas_jgp
Conxita Casanovas :

Née à Barcelone en 1962, cette licenciée en Sciences de l’Information a débuté en tant que rédactrice sur Radio Juventud de Barcelone.
Journaliste et critique de cinéma, elle travaille depuis plus de 30 ans pour la Télévision publique espagnole – TVE.
Membre du Jury du Prix National de Cinéma du Ministère de la Culture, ainsi que des Prix Ville de Barcelone, elle a reçu le prix Alfonso Sánchez de l’Académie Espagnole du Cinéma en 2013 pour la diffusion du cinéma espagnol. Elle préside aussi le Jury des Prix Sant Jordi du Cinéma qui réunit chaque année les critiques de Catalogne.

apolline-quintrand_web_jcomp
Apolline Quintrand :

Après des études de philosophie et de littérature anglaise, Apolline Quintrand devient en 1977 l’une des premières voix de Fip, radio impertinente et innovante. Elle s’oriente rapidement vers le journalisme et participe en 1982 à la création d’une des radios libres les plus engagées sur le territoire marseillais, Forum 92, avant de rallier l’INA.
En 1995, au terme d’une année sabbatique consacrée à l’étude du flamenco, elle reçoit de la Municipalité la mission de créer le Festival de Marseille qu’elle a dirigé avec brio jusqu’en août 2016.

jean-claude-larrieu_jgp
Jean-Claude Larrieu :

Ce natif d’un minuscule village pyrénéen a eu très tôt la vocation de devenir cinéaste. Lors de son service militaire, il fut initié aux arcanes du 35 mm en rejoignant l’Établissement Cinématographique des Armées.
Par la suite, il pénètre le monde immédiat du reportage et du documentaire tout en voyageant à travers le monde.
Plus tard, suite à d’heureuses circonstances, il revient au cinéma et signe, en 1980, l’image d’un long métrage, Le crime d’amour, de Guy Gilles.
Il s’ensuivra plus de soixante films comme directeur de la photographie, dont huit avec Isabel Coixet. Le dernier, qu’il vient de terminer avec Isabel, a été réalisé en Irlande du Nord et à Barcelone, et s’intitule The Bookshop.
Il est chef opérateur d’Almodóvar pour le film Julieta.

ines-paris_jgp
Inés París :

Scénariste et réalisatrice émérite, Inés París vient de signer La nuit où ma mère a tué mon père, film qui, en Espagne, a été élu meilleure comédie de l’année, et que CineHorizontes présente en clôture.
Outre ses propres activités, cette féministe convaincue a créé et présidé pendant sept ans la CIMA, organisation qui regroupe les femmes de cinéma et de télévision espagnoles.
Elle soutient également Mujeres por África, fondation qui encourage le développement du continent africain à travers les femmes.
En 2014, Inés París a présenté son film Manzanas, pollos y quimeras à CineHorizontes.

——————————-

La nuit où ma mère a tué mon père, film de la clôture du festival, le 24 nov à 20h30, en présence d’Inés París.

hiba-abouk_jop
Hiba Abouk :

Née à Madrid de parents originaires de Tunisie, Hiba Abouk a fait ses études au lycée Français avant d’étudier la philologie arabe puis d’intégrer l’Ecole Supérieure Royale d’Art Dramatique. Elle démarre sa carrière d’actrice en 2010.
Sa participation à des séries télé très populaires vont rapidement la faire connaître du public espagnol. Depuis 2014, elle a un rôle récurrent dans la série El Príncipe, sur Telecinco, suivie par plus de 5 millions de téléspectateurs !

emmanuelle-ferrari_jop
Emmanuelle Ferrari :

Emmanuelle Ferrari a fondé et longtemps dirigé l’Institut de l’Image d’Aix avant d’être nommée déléguée culturelle de l’Ambassade de France à Venise, puis directrice de l’Alliance française de cette même ville, et enfin attachée audiovisuelle aux services culturels de l’Ambassade de France à Tunis.

Elle a été chargée de mission cinéma à la mairie de La Ciotat pour la réouverture de l’Eden, doyenne des salles de cinéma du monde.

elisa-padovani_jop
Elisa Padovani :

Professeure agrégée de lettres, Elise Padovani a mené au cours de sa carrière d’enseignante de nombreux projets pédagogiques autour du cinéma avec des élèves qu’elle a initiés à la réalisation et à l’analyse critique des images. Coresponsable de la rubrique cinéma du mensuel Zibeline depuis plus de six ans, elle y rend compte de l’actualité cinématographique.

manuel-horrillo_jdoc
Manuel Horrillo :

Né à Casablanca, il habite et travaille en Espagne. C’est l’un des premiers artistes espagnols à avoir utilisé l’image de synthèse en Espagne, dès 1985. Il crée en 1989 sa propre compagnie de production : Daiquiri Digital Pictures. Cette compagnie, pionnière en Espagne, a été pendant les années 90, “La” référence en ce qui concerne la création des effets visuels pour les spots publicitaires et les longs métrages. Elle a reçu deux Prix Goya (2000 et 1998) pour les meilleurs trucages numériques, le Pixel d’Or européen en 2000 et le Grand Prix du film publicitaire du Festival de San Sebastián. En 2004, il entame une nouvelle étape professionnelle en tant que scénariste et réalisateur de documentaires.

philippe-pujol_jdoc
Philippe Pujol :

Écrivain et journaliste, Philippe Pujol s’est vu décerner le prestigieux prix Albert-Londres en 2014 pour sa série d’articles Quartiers shit sur les Quartiers Nord de Marseille. Il est l’auteur de French deconnection, de La fabrique du monstre ainsi que de Marseillais du Nord/Les seigneurs de naguère.

vincent-thabourey_jdoc
Vincent Thabourey :

Vincent Thabourey est coordinateur de Cinémas du Sud, réseau de salles Art et Essai en Provence-Alpes-Côte d’Azur qui accompagne les salles de cinéma dans leur travail de diffusion et d’éducation à l’image.
Il anime régulièrement des séances de ciné-clubs et des formations sur le cinéma et son histoire en France et à l’étranger. Il est également critique de cinéma à la revue Positif et auteur du livre Marseille mise en scènes.