Actualités CinéHorizontes
Journées d’études

Liberté, libertés : Du cinéma contre Franco Au cinéma sans Franco

Dès les années 60, quelques réalisateurs courageux défient le régime franquiste par toute une série de ruses et livrent des œuvres qui, aujourd’hui encore, n’ont rien perdu de leur puissance subversive. Après le décès du « caudillo » en 1975, l’Espagne brise le carcan rigide qu’il avait imposé et se laisse emporter par un fol élan libérateur. Le cinéma, enfin débarrassé d’une censure tatillonne, se coule dans ce maelström extravagant, exubérant, souvent provocateur. CineHorizontes a souhaité dédier sa thématique 2017 à ce formidable basculement d’un cinéma contre Franco à un cinéma sans Franco.
A travers six pépites emblématiques peu connues en France, notre invité Fernando Trueba s’associera à Emmanuel Larraz, fin connaisseur du cinéma espagnol, pour nous permettre d’explorer ce passage. CineHorizontes a ajouté deux documentaires contemporains sur ce sujet. Associé à l’Université d’Aix-Marseille, il ouvrira ce cycle de films par un temps d’analyse et de réflexion

Bernard Bessière , professeur émérite à l’Université d’Aix-Marseille et spécialiste de civilisation espagnole contemporaine, a conçu et organisé deux temps forts au Centre Aixois d’Etudes Romanes (CAER).

Lundi 13 novembre, en prélude à la journée d’études, il engagera un dialogue public avec Conxita Casanovas, célèbre critique de cinéma espagnole.

Journée d’étude sur le cinéma de la Transition :

Le lendemain, il réunira plusieurs universitaires pour animer cette journée consacrée au cinéma de la transition :  Emmanuel Larraz, Emmanuel Le Vagueresse (Reims), Jean-Paul Aubert (Nice-Sophia Antipolis) et Magali Dumousseau-Lesquer (Avignon).

 

Cette journée se terminera par la projection d’une œuvre incontournable de la période, Asignatura pendiente, en présence de l’actrice principale du film, Fiorella Faltoyano, membre du jury CineHorizontes.

Asignatura pendienta (Affaire en cours)
De José Luis Garci , Espagne, 1977.
Avec Fiorella Faltoyano, José Sacristan.
Jadis fiancés, José, avocat du travail, et Elena, mère au foyer, se sont perdus de vue. Quand ils se revoient, par hasard, plusieurs années après, ils tombent de nouveau passionnément amoureux l’un de l’autre. Mais, tous deux sont maintenant en charge de famille.
Un film où le réalisateur a tenté d’exprimer « à la fois l’amertume de tous les Espagnols qui découvraient que la dictature leur avait volé les meilleures années de leur jeunesse, et leur désir de rattraper le temps perdu. E. Larraz »
Projection : Mardi 14 nov.
Salle 309, face à Maison de La Recherche. 29 ave. Robert Schuman Aix-en -Provence. (Entrée libre).