rossy-de-palma_honneur_act_laflor_julieta
Rossy de Palma :

Pendant les années 80, Rossy de Palma, qui avait rallié Madrid, appartenait à un groupe de rock qui attirait tout un public d’avant-garde et travaillait dans un bar fréquenté par ces mêmes personnes au nombre desquelles Pedro Almodóvar.
Tandis qu’il préparait La Loi du Désir, il fut subjugué par la toilette qu’elle portait. S’il s’inspira de cette tenue pour celle de Carmen  Maura, il offrit à Rossy le premier d’une longue liste de seconds rôles marquants. Bien sûr d’autres grands réalisateurs ont fait appel à elle. Mais c’est un goût commun pour le comique et l’autodérision qui explique l’indéfectible complicité qui lie encore le réalisateur espagnol à son actrice fétiche.
Elle s’est également essayée avec succès au théâtre, a fait de la musique et même des créations dans le domaine artistique.
Ce sont cette impressionnante carrière originale et ses nouveaux projets que cette grande dame du cinéma évoquera pour le plus grand bonheur du public marseillais.

Cinehorizontes rend hommage à Rossy de Palma, dimanche 20 novembre, avec trois films d’Almodóvar :

La flor de mi secreto, à 16h, au Cinéma Le Prado de Marseille, où elle recevra la médaille de la Ville de Marseille ;

Julieta à 18h30, au Cinéma Le Prado de Marseille ;

et Femmes au bord de la crises de nerfs, au Ciné-Calanques de Cassis à 21h, en sa présence.

 

carlos-saura_honneur_real
Carlos Saura :

Carlos Saura, l’Espagne au cœur.

CineHorizontes propose quatre titres judicieusement choisis dans la filmographie de Carlos Saura.
Cette sélection résume en effet les aspects essentiels de son cinéma.
On y retrouve ses souvenirs de la Guerre Civile, les avatars qu’il a eu à subir du fait de la censure franquiste (La cousine Angélique), son intérêt pour les sujets de société (Vivre vite !) son humour et son goût pour les paraboles (Maman a cent ans), et ses brillants films musicaux (Jota).
Le génie de Saura est inclassable. Depuis Los golfos, son premier long métrage, en 1959, le cinéaste n’a cessé d’expérimenter des formes et des genres dans un incessant processus créatif, en prenant souvent des risques, et sans jamais renoncer.
Grâce à une magistrale conception de l’image, Saura nous a donné en quarante longs métrages nombre de bons films et plusieurs  chefs d’œuvre.
Il nous a parlé de l’Espagne, mais aussi de la condition humaine, du vécu et de l’imaginé, des frustrations et des rêves.
Cette sélection nous en apporte la preuve. Ainsi que celle de son énorme talent.

Diego GALÁN,
réalisateur

—————————–

♥ Découvrez les films de la programmation Carlos Sara, l’Espagne au cœur le 16 et 17 novembre 2016 à La Ciotat et à Marseille. En partenariat avec Cinépage, Sciences Po Aix, Cinéma l’Edén et avec la collaboration de la BMVR Alacazar.