Fernando Trueba
Fernando Trueba :

Amour sensuel de la vie. Pointe d’amertume. Fascination pour les êtres libres. Formidable habileté à mêler les destins individuels aux grands mouvements de l’Histoire. Humour. En 2010 nous avions une première fois rendu hommage à Fernando Trueba. Il nous avait régalé avec L’année des lumières (1986), Belle époque, oscarisé en 1992, et l’inoubliable Bal des victoires (2009).

Nous l’avons invité de nouveau, pour qu’il nous parle du cinéma de la Transition, puisque son premier long-métrage, Ópera prima, est une des œuvres clefs de la période.  Il apporte aussi dans ses bagages son dernier opus, encore inédit en France, La reina de España : la suite 18 ans après de La niña de tus ojos, toujours avec l’étincelante Penélope Cruz.

Álex de la Iglesia
Álex de la Iglesia :

Quel est le dénominateur commun entre ces différents films : Mirindas asesinas(1991), Action mutante(1993), El dia de la bestia(1995), Crimen perfecto((2005), Balada triste de trompeta(2010), Mi gran noche, lauréat du grand prix CineHorizontes 2016?

Bien sûr, vous avez tous compris qu’il s’agit de notre vieille connaissance Álex de la Iglesia dont les films ont grandement contribué à la renommée du Festival.

Il nous revient cette fois pour une leçon de cinéma à ne pas manquer. S’il a accueilli avec chaleur la proposition, il n’a rien voulu dévoiler de ses intentions. Que nous réserve-t-il ? Sûrement une intervention plus que surprenante !

Présent le Lundi 13 novembre dès 18 h pour sa leçon de cinéma et à l’occasion de la projection du film El Bar

 

Juan Diego
Juan Diego :

Juan Diego a travaillé avec les plus grands metteurs en scène : Mario Camus, Bigas Luna, Pablo Berger, Arturo Ripstein, Andrucha Waddington, Carlos Saura, José Luis Cuerda et bien d’autres… Ce jeune homme de 74 ans, toujours très sollicité, fait montre d’une magnifique intensité. Il est à l’affiche de deux films de notre grande compétition : Incerta gloría et No sé decir adiós.

Présent le Mercredi 15 Novembre                                                                                                                                                                   A l’occasion de la projection du film No sé decir adiós.

Alejandro Jodorowsky
Alejandro Jodorowsky – Invité du prélude :

Chilien de naissance, français d’adoption, aujourd’hui âgé de 88ans, Alejandro Jodorowsky a goûté, en quelques décennies d’intense activité, à presque toutes les formes d’art existantes

-littérature, théâtre, peinture, bande dessinée- auxquelles il a ajouté la pratique du zen et du tarot de Marseille.  Dans tous ces domaines, il a apposé sa marque puissante et singulière, le sceau de l’étrange. Impossible de célébrer toutes les facettes du personnage en un weekend !

C’est donc au Jodorowsky cinéaste que nous rendrons hommage en quatre films.

Présent le week-end du 4 & 5 novembre